Archives par mot-clé : mis-en-avant

REGARDS CROISÉS SUR L’ecole superieure des beaux-arts d’alger

Regards Croisés sur l’École Supérieure des Beaux-Arts d’Alger est un site qui vise à porter un regard sur ce qui fait la spécificité de cette institution culturelle unique en Algérie.

À travers son histoire, la nature de son enseignement mais aussi son architecture, cet établissement est une institution vivante, profondément ancrée dans l’histoire de son pays.

Regards croisés s’attache à dresser un portrait de l’école à travers les yeux de ceux qui la font vivre : artistes, professeurs, étudiants.
Ce sont ces rencontres qui se trouvent au cœur de notre démarche, et qui viennent enrichir et illustrer les recherches que nous avons menées sur l’histoire de cette institution algérienne emblématique.

Depuis 2016, les étudiant(e)s du Master 2 Médiation Culturelle, Patrimoine et Numérique (MCPN) des Universités Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et Paris 10 Ouest Nanterre – La Défense, sous la conduite du Pr. B. N. Saou-Dufrêne (Paris 8) et du Pr R. Labrusse (Paris Nanterre), mènent un projet de valorisation et de recherche autour de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts d’Alger.

Plus largement, le site Regards croisés sur les Beaux-Arts d’Alger a été conçu dans le cadre du laboratoire Mutations des musées au Maghreb (Labex Arts-H2H) et a pu voir le jour grâce au financement du programme Idefi Creatic.

Nous remercions l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts d’Alger pour son accueil chaleureux qui nous a permis de mener à bien nos recherches.

colloque “Georges-Henri Rivière et le musée d’arts populaires : héritages et remises en cause en Méditerranée”

Aborder à la fois la question du contexte de création des musées d’arts populaires en Méditerranée et le personnage de Georges Henri Rivière, grande figure de la muséologie, c’est d’abord se situer dans la période de l’entre-deux-guerres, celle qui voit l’ouverture du Musée des Arts et traditions populaires (1937) à Paris tandis que les musées d’arts populaires constituent, selon la formule de Lyautey, la « devanture » des colonies. Mais outre l’enquête critique qui portera sur les politiques culturelles qui ont conduit à la création des musées d’arts populaires, le colloque a pour objectif d’en cerner l’histoire, les évolutions, le passage à l’écomusée et au musée de société. C’est donc en questionnant le rapport au contexte, dans sa dimension territoriale et historique, que l’on tentera de dresser un panorama différencié des musées d’arts populaires en Méditerranée, de leur importance tant du point de vue des enjeux du projet culturel et social dont ils ont été et sont encore la matérialisation aujourd’hui que du point de vue économique.

jeudi 13 décembre
De quoi parle-t-on ?  L’état des lieux doit être autant une histoire qu’une géographie, tant la question des territoires, de l’ « arrière-pays » des musées d’arts populaires participe complètement de leur définition. La première journée sera consacrée à l’examen de cette catégorie de musées, à l’histoire différenciée de leur constitution en Méditerranée et aux conceptions qui les sous-tendent.e

10h-13h

Introduction
Introduction : Bernadette Nadia Saou Dufrene, Professeure, Université Paris 8, « Le musée d’arts populaires selon les archives de GHR »

1) La catégorie « musées d’arts populaires » au regard de son histoire
Quels enjeux ? La collection ou la participation?
– Suzanne Mersmann, Université de Marbourg, « Entre art et utilité, les musées d’ethnographie »
– Jean-Claude Duclos, Conservateur en chef honoraire, “Des ATP à l’écomusée, antinomie ou évolution ? »

14h30-18h
L’apparition des musées d’arts populaires en Méditerranée: la « devanture » d’un territoire?
– Dominique Serena, conservateur en chef honoraire, « Le musée Arlaten »
–  Jose Alcantud, Professeur des Universités, Université de Grenade, « Les arts populaires et les musées en Andalousie  »
– Elena Calandra, Directrice du musée Giuseppe Petri, « Le musée Giuseppe Petri de Palerme » (sous réserve)
-Farida Bakouri, Directrice du musée des ATP d’Alger, « D’une vocation à l’autre, du centre d’artisanat au musée des ATP » (sous réserve)
– Mohamed Chadli, Conservateur du musée Nejjarine (Fès), « Le musée éclaté et la médina de Fès »

Jeudi 14 décembre

9h- 13h
L’histoire des musées est affaire de collections. Le rapport aux publics s’envisage dès les collectes. L’archivage des données ouvre la voie de la recherche. Récemment, l’art contemporain permet de se ressaisir des cultures populaires. Aujourd’hui, quels projets culturels, politiques et économiques pour les musées d’arts populaires ?

2) La question des collections
– Mireille Jacotin, Conservatrice en chef, MUCEM (Marseille), « Le patrimoine ethnographique mobilier d’Algérie dans les collections publiques françaises aujourd’hui : bilan et perspectives depuis la création du MUCEM à Marseille»
– Ahmed Saadaoui, Professeur des Universités, Université de la Manouba, Tunis,« Les ateliers de céramique des Qallaline de Tunis : recherches historiques et collections muséographiques »
– Salvatore D’Onofrio, Professeur des Universités, Université de Palerme et Collège de France, « Circulation des techniques et archivage à partir du Maghreb : le cas de la Sicile »

3) Quelles ouvertures?
– Aymeric Ebrard, artiste, « Artisanat et art contemporain dans les musées d’ethnographie»
– Amel Djenidi, Maître assistante, Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels d’Alger, « Réappropriation de la culture populaire : pratiques d’artistes contemporains maghrébins”
– Samir Saddi, architecte, « les musées d’arts populaires au Moyen-Orient : une catégorie dépassée? »
– Mourad Bouteflika, Directeur de la Conservation et de la restauration du patrimoine, Ministère de la culture, Alger « les musées nationaux publics des arts et expressions culturelles traditionnelles : marqueurs de territoires? »  (Sous réserve)

Lien : http://www.mucem.org/programme/georges-henri-riviere-et-le-musee-darts-populaires-heritages-et-remises-en-cause-en

Dictionnaire des artistes algériens

Le dictionnaire des artistes algériens est un document de 900 pages regroupant des artistes algériens actifs entre 1896 et 2014. Ce document exceptionnel a été réalisé par Mansour Abrous. Pas à pas, il a ainsi réuni 4545 notices biographiques qui reprennent et synthétisent les informations essentielles (dates, biographie, expositions, bibliographie) pour chaque artiste.

Avec l’autorisation de Mansour Abrous, nous mettons ici en ligne ce travail pour la première fois. A terme, nous proposerons une forme plus adaptée à sa consultation numérique.

Artistes algériens par ordre alphabétique (cliquer sur les lettres pour afficher les artistes) :

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – R – S – T – Y – Z

Le Vase Arabe du Royaume de Suede. Migrations et Métamorphoses d’un Vase Hispano-Arabe

De Grenade à stockholm, du XIve siècle à nos jours, le récit des migrations et des métamorphoses d’un chef-d’œuvre de l’art islamique à travers l’Europe et la Méditerranée.

Ce volume est le quatrième de la collection «Objets frontière» chez Gangemi. Il fait suite à
– Si loin si proche. Objets d’ailleurs dans les intérieurs européens. Photographies 1870-2015, sous la direction de Sabine du Crest, 2017     – Sabine du Crest, L’ Art de vivre ensemble. Objets frontière de la Renaissance au XXIe siècle, 2017 ;
– Brigitte Derlon et Monique Jeudy-ballini, Arts premiers et appropriations artistiques contemporaines, 2017

Rémi Labrusse est professeur d’histoire de l’art à l’université Paris-Nanterre.

Palais du Maghreb à l’époque ottomane

Le site Palais du Maghreb à l’époque ottomane a été réalisé par les étudiants du master 2 Médiation culturelle, patrimoine et numérique (Paris VIII-Paris X) dans le cadre de l’atelier-laboratoire « muséologie numérique » piloté par les professeurs B. Saou-Dufrene et R. Labrusse. Cet atelier-laboratoire a pour objectif de concevoir de nouvelles procédures de médiation culturelle par le numérique, pour des patrimoines artistiques nécessitant une action forte de valorisation. Corrélé au programme de recherche Patrimoines du Maghreb à l’ère numérique (Labex ArtsH2H), il bénéficie des partenariats avec le Musée national du Bardo de Tunis et avec l’Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels d’Alger.

Continuer la lecture de Palais du Maghreb à l’époque ottomane

Le patrimoine culturel numérisé au regard du droit

Mohammed Saadoun, administrateur, assemblée nationale française

 Le patrimoine culturel est un facteur de rassemblement et d’échange qui contribue à rapprocher ceux qui l’ont reçu en partage. Il favorise le renforcement et l’expression d’une identité vivante. De ce fait, il est nécessaire de garantir la promotion, la sauvegarde et la diffusion la plus large possible de la richesse et de la diversité du patrimoine maghrébin en général et algérien en particulier. Continuer la lecture de Le patrimoine culturel numérisé au regard du droit