Colloque « Patrimoine et numérique : acteurs, formations, marchés »

Laboratoire d’excellence Arts H2H

Programme « Patrimoines du Maghreb à l’ère numérique »

Colloque international : « Patrimoine et numérique : acteurs, formations, marchés »

Ministère de la culture, Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels, Université de la formation continue, Ecole nationale supérieure du tourisme, Universités Paris 8 et Paris Ouest

18 et 19 avril, Palais de la Culture, Alger

Il n’y a de patrimoine qu’à la suite d’une opération de sélection faite par une communauté (nationale en premier lieu mais qui peut être aussi une communauté de scientifiques ou d’amateurs) pour l’intérêt historique, esthétique ou documentaire qu’il représente. Cette opération de sélection est la condition première de toute une série d’opérations d’enregistrement qui en feront un bien commun. Alors que les institutions patrimoniales (musées, bibliothèques, archives) étaient jusqu’à présent définies surtout par les missions de collecte et de conservation des documents, aujourd’hui elles se trouvent confrontées à plusieurs défis : la numérisation du patrimoine, l’accueil des publics, la visibilité dans l’espace public mettent en jeu une redéfinition et une diversification des métiers.

Le premier objectif du colloque « nouveaux métiers du patrimoine » est ainsi d’identifier les métiers dont les institutions ont besoin aujourd’hui pour répondre aux attentes des publics et remplir les missions qui sont les leurs au XXIème siècle. Le deuxième objectif est à partir de ces constats de définir les socles de compétences nécessaires à la formation continue ou initiale des professionnels : il s’agit à ce niveau de réfléchir à l’évolution des professionnels en poste dans les institutions patrimoniales et à l’intégration de l’histoire du patrimoine dans les établissements scolaires.

La numérisation du patrimoine a bouleversé tant des pratiques professionnelles que les relations avec les publics. Sur le plan professionnel, elle a renouvelé les questions de préservation et de conservation du patrimoine et introduit celles qui sont spécifiques aux documents numérisés aussi bien que numériquement natifs. Elle a un impact sur l’inventaire et la documentation : il faut que l’information patrimoniale soit organisée, indexée et classée. Ce constat invite donc à s’interroger sur l’intégration des sciences de l’information dans la formation des professionnels du patrimoine : quelles sont les compétences nécessaires ? Enfin la question de la numérisation affecte le lien entre l’institution patrimoniale et son public : elle donne lieu au développement de nouveaux services liés à des activités de travail ou de loisir qui constituent un bassin d’emplois. Il s’agit au cours du séminaire d’identifier les besoins de formation et de réfléchir aux standards à mettre en place dans le contexte algérien. L’affectation des personnels de la culture à ces services émergents demande une réflexion sur le volume et la nature des modules d’enseignement et notamment sur la répartition théorie/ pratique.

Le deuxième axe de réflexion porte sur les conditions d’accueil de public dans les institutions patrimoniales. La question de l’accueil engage d’abord l’accueil physique des visiteurs : elle passe par une réflexion sur les espaces, les services qui peuvent s’y développer (des espaces liés au travail, notamment les centres de documentation à des espaces de détente, de restauration ou de vente dont l’intégration est devenue une norme internationale). Par ailleurs l’accueil passe aussi par différentes formes de médiation culturelle qu’il convient de hiérarchiser. La conception des actions de médiations relève de la responsabilité des cadres supérieurs. La formation des conservateurs de musée doit intégrer des enseignements sur la muséographie en tant que forme spécifique de communication  et la maîtrise des normes internationales. A un niveau intermédiaire, il faut aussi prévoir la formation de médiateurs culturels capables d’expliquer à la fois l’histoire d’une institution et celle de ses collections. L’accompagnement des publics sous forme de visites guidées ou de personnels disponibles pour leur information dans les institutions patrimoniales peut constituer un bassin d’emplois d’autant plus important qu’il peut aussi renforcer le lien social.

Parmi les nouveaux métiers du patrimoine, ceux relatifs à la communication représentent une part importante des emplois possibles. En effet, outre leurs missions traditionnelles, les institutions culturelles ont aujourd’hui deux impératifs : assurer leur visibilité à l’échelle locale mais aussi, pour certaines, à l’échelle internationale. Par ailleurs elles doivent créer et fidéliser leur audience. Les méthodes du marketing culturel ne peuvent certes se substituer aux autres activités des institutions culturelles qui sont fondamentalement des lieux de conservation, de présentation et d’éducation, mais elles peuvent permettre de resserrer les liens entre les institutions et leurs publics surtout par une utilisation judicieuse des techniques de l’information et de la communication. Des modules consacrés aux relations publiques et à la communication événementielle doivent être ainsi proposés dans les programmes de formation des cadres culturels.

Comité scientifique :
Dr Naima Abdelahouaheb
Dr Mourad Bouteflika
Pr Djamel Haoued Mouissa
Dr Abdelatif Zaid
Pr Bernadette Saou-Dufrene
Pr Rémi Labrusse

Comité organisation :
Dr Zineddine Seffadj
Dr Nadhera Hebbache
Clément Serain

 

Programme

Ministère de la culture, Ecole nationale de conservation et de restauration des biens culturels, Université de la formation continue, Ecole nationale supérieure du tourisme du tourisme, Universités Paris 8 et Paris Ouest

 

Lundi 18 avril

Matin

9h : Accueil des participants

9h30 : Allocution de Monsieur le Ministre

9h 45 : « L’approche économique de la culture en Algérie : quelle nécessité ? », M. Mourad Bouteflika, directeur du Patrimoine, Alger

10h10 : Introduction du colloque «  Patrimoine et numérique : acteurs, formations, marchés », Naima Abdelouahab et Bernadette Nadia Saou-Dufrene

 

Pause

 

Conférences inaugurales :

– M. Mohamed Habib, Directeur général de Mobilis, « 3G et perspectives pour les applications culturelles»

– M. Jean-Philippe Mousnier, Consultant, Liège, « Tourisme, culture et marketing territorial »

Après-midi

 

Opérateurs et acteurs de la société civile

Président de séance : Rémi Labrusse

 

 14h : « L’économie du numérique appliquée à la culture », Melissa Saadoun, professeure, université Paris 1, Paris

14h30 : « Etat des lieux du numérique en Algérie », Mohamed Sadoun, administrateur, assemblée nationale, Paris

15h : Pause

15h 30 : « Applications numériques et sites patrimoniaux », Abla Benmiloud-Faucher, chef de projet, Direction des relations internationales Orange France

16h30 : « Les coopératives de savoir », Vincent Puig, directeur adjoint, Institut de recherche et d’innovation, Paris

17h : « Les dépenses en produits et services culturels des ménages algériens », Youcef Bazizi, ONS

Mardi matin

Développement et tourisme culturel : quel est l’impact du numérique ?

Président de séance : Abdellatif Zaid

9h30 : « Le développement culturel et la mobilisation des acteurs locaux », Dalila Djahdou, consultante, Alger

10h : « Les agences de muséographie au service du développement local », Thierry Soler, directeur, l’Atelier Bleu, Paris

10h 30 : «  La conservation de la Médina de Fès du point de vue du tourisme culturel », Mohamed Chadli, conservateur, musée Nejjarine, Fès

 11h Pause

11h30 : « Chantiers de valorisation du patrimoine : stratégies et gestion », Farid Hireche, architecte- paysagiste

12h Associations de sauvegarde du patrimoine : l’implication de la société civile : association de sauvegarde du patrimoine d’Annaba, Aicha Mammeri, Abdelkrim Largueche, Imane Zaghez

 

Mardi après-midi

Formations au patrimoine 

Président de séance :B.N. Saou-Dufrene

 

Les formations au patrimoine en Algérie et le marché de l’emploi

14h : « Les formations au patrimoine au regard de la formation professionnelle », Kheira Chergou, Ministère de la formation professionnelle, Alger

14h30 : « Les formations artistiques et le marché de l’emploi en Algérie », Amel Djenidi, maitre assistante, école des Beaux-Arts, Alger ; Clement Serain, « Les formations au patrimoine en France : quelles conceptions ? », Université Paris 8

 

15h 15 : Pause

 

15h 45 Table ronde :

Quelles compétences les formations culturelles doivent-elles intégrer pour répondre aux besoins du secteur du patrimoine et aux nouvelles opportunités du marché algérien ?

Zoubir Hellal, artiste, professeur à l’Ecole des beaux-arts, Abdellatif Zaid, directeur de l’Institut du tourisme, Mohamed Zerouala, directeur l’EPAU et Naima Abdelhouaeb, directrice de l’ENCRBC, M.Abdellatif Zaid, directeur de l’Ecole nationale supérieure du tourisme.

17h : « Conclusion et synthèse : quelles opportunités pour les patrimoines du Maghreb ? »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.