Archives de catégorie : Publications

Les Médina du Maroc : un patrimoine en péril

Mohammed El Faïz,  universitaire

Heureuses, au Maroc,  les villes qui n’ont pas d’histoire ! Nées d’aujourd’hui ou d’hier, elles n’ont pas d’héritage pour susciter la curiosité ou nous émouvoir. On les regarde se fabriquer au gré de documents d’urbanisme formels, sans harmonie, ni art. Défigurées, elles étendent leur toile grise partout où l’on se dirige, sur les côtes atlantiques et méditerranéennes, les plaines, les déserts et jusqu’aux sommets des chaînes atlasiques et rifaines. Si on avait à construire une carte de la laideur urbanistique, on pourrait mieux saisir le visage de l’urbanisme moderne au Maroc, avec ses bâtiments serrés et ternes, ses voies étriquées et le réseau labyrinthique d’artères mal dessinées et de ruelles en impasses. Il suffit de grossir l’image   pour que le zoom fasse apparaître la réalité crue des agglomérations de demain, où sera concentrée la majeure partie de la population marocaine : des cités dortoirs, juxtaposition de lotissements sans espaces verts, de cubes jetés au mépris des règles de l’art et de l’hygiène, en rase campagne. Heureuses, en somme, ces agglomérations, car elles peuvent disparaître sans laisser de traces. A supposer qu’elles puissent se maintenir longtemps, elles n’auront aucune chance de figurer parmi les sites du patrimoine mondial. Elles peuvent tout juste grossir la collection des  pseudo-villes qui peuplent la planète.

Continuer la lecture de Les Médina du Maroc : un patrimoine en péril

Digitizing Islamic World Visual Cultural Heritage: Recolonizing or Decolonizing Cultural Memory, or Both?

Hussein Keshani, Assistant professor in Art History and Visual Culture, UBC, Okanagan, Kelowna, Canada

It is self-evident that memory institutions such as state archives and museums along with art historians and archaeologists around the world, especially those from Europe, North America and East Asia, are entering the digital age and improving access to their collections and data. In an earlier essay for the Journal of Art Historiography, I emphasize along with many others that digital technologies in these contexts are now used not only to archive and exchange information, but to analyze content and relationships as well.[1] They magnify our abilities to read texts and view images and video across space and time, and to share them as well. But they also help reveal underlying patterns and connections. Increasingly, these institutions and digital humanists across the globe are starting to design analytical technologies.[2] Continuer la lecture de Digitizing Islamic World Visual Cultural Heritage: Recolonizing or Decolonizing Cultural Memory, or Both?

Musées du Maghreb et processus de formation des publics : les publics comme supports, les musées comme cibles

Bernadette Nadia Saou-Dufrêne, professeure en sciences de l'information et de la communication, université Paris 8

Parmi les legs de l’époque coloniale dans le domaine du patrimoine, les grandes villes du Maghreb comptent des musées importants, principalement des musées d’archéologie et d’ethnographie (musée du Bardo de Tunis, musée du Bardo d’Alger, musée des Oudayas de Rabat, etc.), plus exceptionnellement des beaux-arts (musée des Beaux-arts d’Alger). Les indépendances, sans remettre en cause l’existence de ces grandes institutions, donnent lieu à une nouvelle génération de musées. À la différence des musées d’Europe qui assignent des rôles bien définis au public invité à s’instruire et à exercer sa faculté de jugement et dont le statut – au moins pour les plus grands d’entre eux –, relève de l’État, ce qui favorise l’instauration d’un rapport au temps long du patrimoine, les premiers musées au Maghreb sont davantage, comme on le verra, l’initiative de particuliers et le fruit de stratégies liées en partie au régime colonial. Continuer la lecture de Musées du Maghreb et processus de formation des publics : les publics comme supports, les musées comme cibles

L’inventaire du patrimoine architectural de la période ottomane en Algérie: Du recensement à l’étude.

Nabila Chérif, Maitre de conférences, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger (EPAU)

Introduction

Dans le processus de la formation de la conscience patrimoniale en Algérie durant les premières décennies de la période française, la notion de patrimoine architectural concernait d’abord et surtout les monuments antiques. Elle s’est ensuite et progressivement élargie au patrimoine local dont les édifices étaient désignés en général par le terme de « monuments arabes », faisant référence à toute architecture qui ne se rapportait pas à l’antiquité occidentale. La diffusion de la circulaire de Napoléon du 31 décembre 1856 imposant la nécessité pour chaque localité de conserver les monuments et les objets relatifs à son histoire locale a concerné naturellement les monuments antiques et les collections archéologiques de cette période mais aussi les sites et objets de la préhistoire, des référents qui permettaient à la France coloniale de légitimer sa présence à travers une histoire universelle et un passé antique où dominait le modèle romain[1]. Continuer la lecture de L’inventaire du patrimoine architectural de la période ottomane en Algérie: Du recensement à l’étude.

Le lexique des patrimoines architecturaux dans la Régence d’Alger, Support de thesaurus ?

 

Samia Chergui, Maître de conférences en Histoire de l’architecture, Université Saad Dahlab, Blida 1

 

À partir d’un certain nombre d’échantillons non exhaustifs de documents habus collationnés par nous et de différents glossaires provenant d’études antérieures – comme celles menées par S. Missoum, N. Cherif, S. Chergui et S. Messikh-Benslama sur les habitations, les bains, les mosquées et les fortifications d’Alger à l’époque ottomane[1] –, mais aussi d’investigations poussées sur le terrain, il est aisé de repérer, pour ce qui est de la Régence d’Alger, une terminologie riche portant sur les typologies des patrimoines architecturaux et leurs différentes composantes. Nous avons choisi dans le cadre de cette recherche d’orienter notre réflexion sur cet aspect d’ordre lexical qui peut contribuer dans la construction d’un support de thésaurus tout à fait inédit. Continuer la lecture de Le lexique des patrimoines architecturaux dans la Régence d’Alger, Support de thesaurus ?

Les musées du Maghreb à l’ère numérique : le futur à la rencontre du passé

 

Bernadette Nadia Saou-Dufrêne, professeure en sciences de l'information et de la communication, université Paris 8

 

Créations pour une part non négligeable du XIXème siècle, les musées du Maghreb se sont dotés ou sont en train de se doter de sites web : cette nouvelle forme de publication succède aux catalogues imprimés et aux inventaires grâce auxquels leurs collections ont été documentées. Est-il possible dans ce cas, comme d’ailleurs pour la plupart des musées, de comprendre les changements induits par cette nouvelle forme éditoriale sans la remettre en perspective dans une histoire des formes de transmission et des canaux médiologiques, sans analyser à la fois les conditions concrètes de la publications et les intentionnalités qui sous-tendent le choix des genres éditoriaux ? Continuer la lecture de Les musées du Maghreb à l’ère numérique : le futur à la rencontre du passé

La réception européenne des arts de l’Islam : la place du Maghreb

Rémi Labrusse, Professeur d'histoire de l'art, université Paris Ouest

Résumé : dans un contexte historique marqué par la violence coloniale, les collections d’objets d’art de l’Islam se sont accrues de façon spectaculaire, en Europe, au cours du XIXe siècle. Elles ont contribué à nourrir des réflexions muséographiques et historiques nouvelles, ainsi que des approches artistiques complexes, partagées entre désir d’arraisonnement culturel et recherche de nouveaux modèles pour le monde moderne. Dans ce cadre général, le rôle du Maghreb a été décisif, tout particulièrement en France et en Espagne, pour nourrir l’imaginaire collectif, de Delacroix à Mariano Fortuny, à Etienne Dinet ou à Paul Klee. Pourtant, dans les collections européennes, les patrimoines islamiques du Maghreb sont longtemps demeurés marginaux, par rapport à d’autres corpus d’objets venus d’Egypte, de Turquie, d’Iran ou d’Inde. Au Maghreb, jusqu’à la fin du XIXe siècle, les processus de destruction l’ont largement emporté sur les procédures de conservation. On cherchera donc à analyser les raisons de cette situation historique paradoxale, où coexistent des attitudes de rejet et de fascination. Une attention particulière sera accordée aux rapports entre l’Algérie et la France, avec des figures comme celles d’Edmond Duthoit, de Léon de Beylié, de Georges Marye ou de Georges Marçais. Continuer la lecture de La réception européenne des arts de l’Islam : la place du Maghreb