Cartographie

Le projet Musatlas

Parmi les formes de médiation numérique du patrimoine, la cartographie interactive est un moyen de visualisation des données ; l’établissement de cartes pour une aire culturelle permet d’avoir une vue synthétique des différents types de patrimoines et de leur localisation, ce qui présente du point de la recherche deux avantages au moins : d’une part, une mise à jour des connaissances disponibles sur ces patrimoines via la base de données qui constitue le fondement de l’opération, d’autre part, l’interprétation de ces données du point de vue des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, qu’il s’agisse de l’histoire, de l’archéologie, de la géographie ou des sciences du patrimoine. Ce projet s’inscrit dans la continuité d’une réflexion amorcée dès le début du XXème siècle par les spécialistes du Maghreb ou de la Méditerranée (on pense naturellement à L’atlas archéologique de Stéphane Gsell ou à Fernand Braudel). L’élaboration d’un atlas numérique demande plusieurs formes de coopération : une coopération sur le plan scientifique entre trois domaines de compétences (sciences de l’information et médiation des savoirs, histoire de l’art et du patrimoine, systèmes d’information géographiques), une coopération sur le plan international : les sources et ressources disponibles se trouvent de part et d’autre de la Méditerranée.

Projet Scientifique

I. Tounsi-Guérin, R. Ghirardi
Carte de la création des musées en Tunisie

L’objectif du projet est de réaliser un atlas numérique permettant de situer les différents types de patrimoines, aussi bien les sites et les monuments que les patrimoines conservés dans les musées du Maghreb. Cet outil, réalisé dans le cadre d’une coopération internationale associant les principaux organismes universitaires et de recherche, permettra la mise à jour des connaissances sur les patrimoines du Maghreb et servira leur valorisation.

En effet , la réalisation de l’atlas numérique est étroitement lié au projet d’inventaire des patrimoines du Maghreb. Celui-ci -au centre des préoccupations à la fois des chercheurs et des responsables du patrimoine- est l’objet du colloque organisé den mai 2014 dans le cadre du programmePatrimoines du Maghreb à l’ère numérique (programme du Labex Arts H2H). L’atlas numérique sera l’un des principaux moyens de visualisation de l’inventaire

Il demande une coopération disciplinaire entre trois grands domaines : sciences de l’information et de la communication (médiation numérique du patrimoine : base de données et éditorialisation), histoire de l’art et du patrimoine, systèmes d’information géographique.

La réalisation de la base de données implique des compétences disciplinaires spécialisées : en ce qui concerne les patrimoines du Maghreb, archéologie (des époques numide et punique aux époques romaine, vandale et byzantine), historiens de l’époque ottomane, histoire contemporaine (XIXème et XXème siècle). Elle implique aussi une coopération interdisciplinaire : histoire du patrimoine et sciences de l’information en ce qui concerne les thesaurus et l’élaboration de ressources, histoire du patrimoine et géographie en ce qui concerne la géolocalisation des patrimoines.

La réalisation de la base liée à la cartographie numérique suppose aussi une coopération avec les Archives nationales, le Service historique du Ministère de la Défense (Archives de Vincennes) et le Département des cartes de la BnF. Le cadre de coopération est en train d’être mis en place. Chaque période sera placée sous la responsabilité d’un chercheur qui initiera et coordonnera les recherches nécessaires pour l’élaboration de la base de données.

Ce sont ainsi les savoirs issus des productions monumentales du XIXème et du XXème siècle et ceux produits actuellement qui nourriront la base de données. L’approche géographique du patrimoine demande préalablement une homogénéisation des données à l’échelle de l’aire culturelle qu’est le Maghreb ; ce premier travail s’accomplira en coopération avec le Ministère de la culture qui a récemment produit une méthodologie (projet GINCO) dont certains éléments seront repris (harmonisation des métadonnées culturelles, multilinguisme).Le deuxième aspect innovant est la possibilité d’exploitations des résultats de cette cartographie des patrimoines de différents points de vue, diachronique et synchronique d’une part, disciplinaires d’autre part : leur croisement rendra possible de visualiser les différentes strates et les différents centres de civilisation ,

Le projet ne peut se réaliser qu’avec une coopération internationale impliquant les trois pays du Maghreb . La coordination par un chercheur des recherches sur les sites et monuments par époque historique fait de cette coopération un élément essentiel du projet. Elle porte à la fois sur l’exploitation et le dépouillement systématique des ressources et sur l’encadrement des étudiants appelés à travailler soit sur la base de données soit sur la géolocalisation. La réalisation demande aussi des compétences techniques notamment en matière de création de base de données et de géolocalisation

Cet atlas numérique constituera à terme un outil s’insérant dans la plate-forme Patrimoines culturels du Maghreb, d’abord destinée aux chercheurs mais accessible aussi aux non-spécialistes. Dans l’aire de la francophonie, elle constituera un projet novateur fédérant les recherches de part et d’autre de la Méditerranée.

Outre le cadre scientifique, l’établissement de l’atlas numérique sera un gain pour la valorisation du patrimoine culturel du Maghreb . Des valorisations sont possibles dans le cadre du programme européen Euromed Heritage

I. Tounsi-Guérin
Carte de la création des musées du Maghreb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *