Le lexique des patrimoines architecturaux dans la Régence d’Alger, Support de thesaurus ?

 

Samia Chergui, Maître de conférences en Histoire de l’architecture, Université Saad Dahlab, Blida 1

 

À partir d’un certain nombre d’échantillons non exhaustifs de documents habus collationnés par nous et de différents glossaires provenant d’études antérieures – comme celles menées par S. Missoum, N. Cherif, S. Chergui et S. Messikh-Benslama sur les habitations, les bains, les mosquées et les fortifications d’Alger à l’époque ottomane[1] –, mais aussi d’investigations poussées sur le terrain, il est aisé de repérer, pour ce qui est de la Régence d’Alger, une terminologie riche portant sur les typologies des patrimoines architecturaux et leurs différentes composantes. Nous avons choisi dans le cadre de cette recherche d’orienter notre réflexion sur cet aspect d’ordre lexical qui peut contribuer dans la construction d’un support de thésaurus tout à fait inédit.

Il serait indispensable pour la distinction terminologique qu’on se propose d’établir entre ces différentes composantes spatiales, architectoniques, structurelles et décoratives de prendre d’emblée en ligne de compte les différentes acceptions linguistiques données à chacune d’elles au niveau de certains dictionnaires spécifiques, dont celui de M. Beaussier[2]. Ce dictionnaire pratique arabe-français, paru à Alger dès 1871 et réédité en 1958 dans une nouvelle version revue, corrigée et augmentée par M. Ben Cheneb, semble le plus adapté à traduire les locutions propres à la province d’Alger[3]. Il a réuni les termes employés dans la langue usuelle, les formules fréquemment usitées dans le style épistolaire simple et enfin les mots ou tournures auxquels font particulièrement appel les actes légaux émanant des qadi-s malékite et hanafite. Le supplément de ce dictionnaire arabe français, réalisé par A. Lentin en 1901, fournit, à son tour, un appui à notre recherche [4]. En 2007, une nouvelle réédition de J. Lentin réunit enfin dans un dictionnaire unique les résultats de recherches de M. Beaussier (1821-1873), interprète de l’Armée d’Afrique, de M. Ben Cheneb (1869-1929), professeur à l’université d’Alger et d’A. Lentin (1884-1971), professeur d’arabe[5].

Une pareille démarche reste insuffisante si elle ne permet pas de rattacher le sens de ces composantes au contexte même de leur manifestation. On est amené de ce fait à admettre une parfaite correspondance entre ce dernier et la spécificité même du patrimoine architectural ottoman d’Alger ; celui-ci n’a pu finalement se cristalliser sans la conjugaison des efforts d’architectes et constructeurs de différentes ethnies et confessions – Algérois baldi, Kabyle ou Biskri barani, Morisques, captifs chrétiens, juifs dhimi,…etc. –, ni sans la profusion et la diversité de matériaux de construction locaux ou d’importation. Aussi, un pareil lexique ne peut en aucun cas être envisageable sans que toutes les expressions techniques et artistiques soient réellement concordantes avec la plupart de leurs définitions données par la majorité des comptes de chantiers inventoriés parmi les archives ottomanes.

Ce simple essai d’inventaire d’ordre lexicologique ne doit pas être perçu en dehors du cadre précis dans lequel avait évolué le patrimoine architectural ottoman d’Alger, entre les xvie et xixe siècles. Dans l’une de nos précédentes études un vocabulaire d’une grande richesse relatif aux actions de construction et d’entretien de ce riche patrimoine hérité de la période ottomane a été développé grâce à leur environnement sémantique noté dans les documents d’archives ottomanes[6].

Chaque terme relevé dans les documents habus est largement illustré pour faire apparaître les formes et variantes, souvent dans leur dimension historique, permettant ainsi de mettre en place des typologies et des chronologies. L’ébauche d’un thésaurus des composantes de l’architecture ottomane d’Alger sur la base de l’analyse de ces archives de gestion ottomane des biens immobiliers et fonciers de main morte ouvre la voie à des approches linguistiques inédites. L’aboutissement de ce travail permettra de compléter et de développer certains aspects de ce thesaurus de la dénomination. L’usage d’un vocabulaire et d’une syntaxe communs d’analyse des typologies architecturales ayant pu caractérise le paysage du vieil Alger ottoman constituera certainement la base d’un inventaire raisonné.

Le souci méthodologique de définir avec exactitude les vocables utilisés autant dans la désignation que dans la description technique des œuvres architecturales et de leurs composantes est permanent. Ces définitions seront appelées à être illustrées, chaque fois qu’il est possible, par des figures, des iconographies et des planches photographiques ainsi que par une série de références permettant de les rattacher au document les citant. Sa traduction dans la langue française est également prévue, dans cette première phase d’inventoriage, sur la base des dictionnaires de M. Beaussier et A. Lentin. Une clarification doit être cependant faite au sujet de la langue dans laquelle ont été rédigés les rôles de chantier, sources d’une foisonnante terminologie. Celle-ci relève d’une expression arabe influencée à la fois par le dialecte algérois autochtone, le berbère, la langue turque officielle et la « lingua franca » d’importation européenne.

L’entreprise d’inventaire, dans cette optique, doit être analysée sous l’angle des valeurs que cette architecture véhicule. Par ailleurs, le classement s’effectue en fonction de catégories qui sont à créer, notamment à partir de travaux de recherche porteurs de lexiques adaptés à ces nouveaux objets d’étude. Au regard de la patrimonialisation, la question de la terminologie a une acuité d’autant plus forte qu’elle est liée à la reconnaissance du statut patrimonial d’un objet et de son univers de référence : longtemps, l’archéologie, l’ethnographie et, dans une moindre mesure, la préhistoire ont dominé ; aujourd’hui, un effort est fait pour décrire des patrimoines appartenant à des zones négligées de l’histoire des arts du Maghreb, notamment les patrimoines architecturaux islamiques des périodes médiévale et moderne.

Les documents d’archives ayant permis d’aller vers cet essai d’inventaire d’ordre lexicologique pour ce qui est du patrimoine architectural du vieil Alger ottoman proviennent du fonds archivistique du Beylik[7]. Ils sont ainsi répertoriés :

  • 07 registres d’inventaire,
  • 91 registres de comptabilité.

Figure 1. Extrait du registre de comptabilité 325/423, carton 310 à 382. Copie originale en arabe dialectal (CNA).

Nous proposons de présenter l’ensemble des termes extraits des registres d’inventaire et des livres de compte suivant quatre principales rubriques. Une fois organisés et classés, ces derniers doivent permettre de construire un véritable support de thésaurus.

Termes des typologies architecturales

Architecture religieuse

  • masdjid djâma: mosquée à prône.
  • masdjid: oratoire de quartier.
  • msîd: mosquée-école.
  • qubba : tombe de marabout
  • zâwiyya : mausolée ou mosquée commémorative.

Architecture militaire

  • asitana:
  • burj: tour.
  • dâr al-bârûd : poudrière.
  • dâr al-Inkishâriya:
  • dâr al-nuhâs : fonderie.
  • qal’a: fort.
  • qasaba : citadelle.
  • tuppâna: batterie.

Architecture civile et judiciaire

  • Baylik : Domaine public.
  • Bayt al-mâl : Trésor public.
  • dâr al-khal: prison.
  • Dâr al-Sultân: Palais de gouvernance.
  • Djanîna : voir Dâr al-Sultân
  • Madjlis al-ilmî : Cour suprême.
  • Mahkama shariyya :

Architecture domestique

  • dâr: grande maison à patio.
  • dwîra : petite maison à patio découvert.
  • dwîra b-shbbâk : petite maison à patio couvert.
  • ulwî : petite maison, organisée en hauteur, autour d’escaliers et se développant au-dessus d’une boutique, sur une entrée, un entrepôt ou un quelconque autre espace.

Infrastructure et architecture commerciales

  • bâdistân: marché aux esclaves.
  • funduq: caravansérail.
  • furn: moulin.
  • hânût : boutique ou échoppe.
  • kûsha : four.
  • makhzan : entrepôt.
  • qaysâriyya : marché couvert.

Infrastructure et équipement hydrauliques

  • ayn : fontaine.
  • djabb: citerne enterrée sous la cour ou encastrée au niveau des angles des bâtiments permettant de recueillir les eaux de pluie.
  • hammâm: bain.
  • khandaq: égout.
  • khazna : réservoir d’eau.
  • madjrâ:
  • nâ’ûrâ: roue hydraulique ou noria.
  • qâdûs: canal ou conduite. Terme utilisé aussi bien pour le transport de l’eau potable que les eaux usées.
  • sabbâla : voir ayn.
  • sadd: barrage d’eau.
  • sâniya: bassin de retenu et de répartition d’eau.
  • sâqiya : canal ou conduite servant à l’adduction de l’eau potable uniquement.
  • thâla : voir ayn.

 Terminologie des composantes spatiales

Un vocabulaire inhérent aux composantes spatiales des différentes typologies architecturales datant de l’époque ottomane est souvent mis en relation avec des locutions adverbiales d’orientation, telles que du côté de (bi djânib), au-dessous (asfal), au-dessus (a), à (bi), contigu (lasîq), auprès de (inda), adjacent à (mdjâwar), en face de (mqâbal), proche (qurb), à droite (yamîn), à gauche (yasâr) ou accolé (simt). Il peut désigner certaines formules comme :

  • bayt: pièce, au rez-de-chaussée, de dimensions modestes.
  • bayt al-barda: pièce de température froide, vestiaire et salle de repos dans le bain.
  • bayt al-qada: voir bayt al-barda.
  • bayt al-skhûna: pièce chaude du bain ou étuve qui reçoit la vapeur.
  • bayt al-wâsta: pièce intermédiaire dans le bain, d’une température tiède et située entre les pièces chaude et froide.
  • bwîta: petite pièce sous forme de cabinet disposée autour de l’espace central de la pièce chaude du bain et permettant l’isolement des baigneurs pour les soins corporels intimes.
  • ghurfa: chambre à l’étage plus spacieuse.
  • istabl: étable.
  • knîf: latrines privées.
  • labânda: latrines publiques dotées de fontaines.
  • manzah: belvédère.
  • matshara: voir labânda.
  • maydhâ: salle d’ablutions.
  • oda: mot d’origine turque désignant dans les textes algérois la chambre de janissaire dans la caserne.
  • a: grande salle.
  • riwâq: galerie entourant la cour de mosquée.
  • sahn: cour de mosquée.
  • shbbâk: puits de lumière et de ventilation grillagé ou patio protégé par une grille dans sa partie supérieure.
  • shishma: voir knîf.
  • wast al-dar: patio de maison ou de demeure.

Terminologie des composantes architecturales, architectoniques et constructives

  • atba: seuil ou linteau.
  • ayn: fontaine ou robinet.
  • barma: cuve d’eau chaude au niveau du bain.
  • bartoz: niche aménagée dans les côtés latéraux des blocs de service et qui sert de débarras.
  • djalsa: estrade surélevée aménagée dans les galeries qui entourent la salle de repos du bain et qui fait office de salon.
  • drûdj: escalier.
  • duqqâna: banc ou siège en maçonnerie encastré dans l’épaisseur du mur à l’intérieur de la sqifa.
  • furnâq: chaufferie du bain.
  • itâr: cadre de porte ou de fenêtre en marbre ou en tuf.
  • iwân: grande alcôve en forme de pièce carrée à fond plat et couverte de coupole à base octogonale.
  • kandâr: hampe d’étendard.
  • madkhana: conduit de cheminée.
  • mahdjar: voir khandaq.
  • maqsûra: niches de la taille d’une petite salle qui flanquent le qbû d’une chambre. Espace réservé au pacha ou l’imâm dans la mosquée à prône.
  • marfa: étagère.
  • mastaba: long banc de pierre adossé au mur extérieur et de chaque côté de la porte d’entrée d’un édifice public.
  • mdjîriya: avaloire.
  • mihrâb: niche située dans le mur de qibla qui indique la direction de la Mecque et vers laquelle sont orientées les cinq prières quotidiennes.
  • minbar: chaire d’une mosquée d’où l’imâm adresse le prêche.
  • qbû: renforcement aménagé dans le mur faisant face à la porte de la chambre. Dans les grandes demeures intra et extramuros, le qbû mue en un iwân et donne à la chambre une configuration en forme de « T » renversé.
  • qibla: mur délimitatif de la salle de prière ponctué du mihrâb.
  • qudhbân: grille.
  • rkhâma: massif en marbre posé au milieu de la pièce chaude du bain et qui est chauffé par l’air chaud circulant sous le sol. Sert comme support aux opérations de massage.
  • sada: large tribune dans les salles de prière ou simple surélévation dans les chambres des maisons qui servent, selon leur hauteur, d’emmagasinage ou de lieu de couchage.
  • sârîdj: bassin ou vasque où coule l’eau chaude et froide du bain.
  • sawmaa: minaret
  • shîn:
  • sqîfa: vestibule d’entrée précédant le patio.
  • thâmûda: estrade aménagée dans les boutiques exigües.

Terminologie des composantes structurelles et ornementales

La terminologie relative aux composantes structurelles et ornementales est appréhendée sous l’angle des matériaux pouvant les composer.

Organe porteur

  • arsa: colonne.
  • djidâr: mur.
  • djidâra: mur d’acrotère.
  • hît: voir djidâr.
  • al-rasa: base de colonne.
  • qaws:
  • sâs: fondation.
  • sitâra: voir djidâra.

Organe de franchissement

  • saqf: plancher.
  1. Organe de couverture
  • qubba: dôme, coupole.
  • stah:

Organe d’ouverture

  • bâb al-dâr: porte d’entrée de la maison.
  • bâb fsîl: porte de séparation.
  • bâb: porte.
  • daffa: vantaux de porte.
  • dar: montant de porte.
  • darbûz: balustrade.
  • kûwa: fenêtre.
  • Mashrabiyya : cloison composée d’un assemblage de bobines de bois tourné qui forment des motifs géométriques, floraux ou calligraphiques. Jalousie en bois dont la composition permet de voir sans être vu.
  • mdhâwî: petites ouvertures d’éclairage, de formes géométriques percées dans l’épaisseur de coupole coiffant les pièces chaude et tiède que couvre un verre en ventouse.
  • nâfida: voir kuwa.
  • shabbâyak: voir qudhbân.
  • tâqa: voir kûwa

Elément de décors

  • Chabka: motif ornemental formé par un réseau de losanges aux tracés lobés ou mixtilignes qui orne la surface située au-dessus des arcs, entre pilier ou colonne. Dans le bain, le terme désigne la trame des hypocaustes composant le sol de la salle chaude et permettant à l’air chaud de circuler.
  • halqa: heurtoir.
  • kharsa: heurtoir en forme de lyre.
  • makhtâf: crampon.
  • Makhyat: carrelet.
  • naqsh: sculpture.
  • nhâyas: accessoires en cuivre pour boiserie.
  • nuqshân: naqsh.
  • nuqta: rivet.
  • razza: gond.
  • rtâdj: gond en forme de pivot.
  • tamwîh: décoration.
  • tasmîr: cloutage.
  • tazwîq: peinture.
  • tfâfîh: ornement.
  • thurayyâ: luster.
  • waraqa dahab: dorure.

 

Matériaux de construction

  • arâr: bois de thuya.
  • ûd: voir khashba.
  • âdjûra: brique.
  • baghlî:
  • blât azraq: dalle de schiste.
  • blâta: carreaux de marbre ou de céramique.
  • dakîr: acier.
  • dhars lâqa: chaux étanche.
  • dhmâdj: mastic.
  • djaba: tuyauterie en plomb.
  • djabs: plâtre.
  • djîr dhras: chaux éteinte.
  • djîr ghabra: chaux vive.
  • djîr:
  • djûz al-hand : bois de noyer.
  • falqa: solive.
  • farsh: pavage.
  • farsha: voir blât.
  • ghrâ’:
  • hadîd: fer.
  • hadjra: pierre.
  • hdîda: tenon.
  • kârâsta:
  • khashba: rondin.
  • khazma lil-rabt: cordelette d’attache.
  • khît: ficelle.
  • khumra: voir baghlî.
  • lâta:
  • lawn: teinte pour peinture.
  • lûha:
  • masmâr: clous.
  • mgharî: voir ghrâ’.
  • nuhâs: cuivre.
  • qâdûs: pièce cylindrique en poterie pour canalisations.
  • qafl: serrure.
  • qarmûda:
  • qasba:
  • qastal: bois de châtaigner.
  • qîrâtî: carreau de terre cuite rouge ou tomette.
  • qrîsh: pierraille.
  • qwâtan: voir khashba.
  • raml daqîq: sable fin.
  • raml hasbâ’: sable gros.
  • raml: sable.
  • rasâs: plomb.
  • rukhâm: marbre.
  • sadjdjîl: pierre ponce.
  • sbâwlû: gros fil de chanvre.
  • shatbba : filasse.
  • silsila: chaîne.
  • snawbar: bois de pin.
  • sûdrâ: voir urz.
  • tâfza: pierre de tuf.
  • tall: fil de fer.
  • tarbîa: poutrelle
  • turâb:
  • turrâr : voir lûha.
  • urz: bois de cèdre.
  • zakrûn: verrou.
  • zallâydja: carreau de céramique.
  • zarnîkh: orpiment.
  • zarqûn: minium.
  • zayt: huile.
  • zudjâdj: verre.

 

Conclusion

En conclusion, prétendre proposer les termes tels qu’ils ont pu être identifiés et traduits pour les insérer dans une classification plus rigoureuse, passe certainement par l’élaboration de thésaurus. Faut-t-il rappeler surtout que ce concept correspond à une liste organisée de termes – descripteurs –, comportant des relations de hiérarchie, d’équivalence, de préférence d’emploi et complétées par des définitions sommaires – notes explicatives – et des notes d’usage, dans un but d’indexation de l’information. Aussi bien le lexique que la liste hiérarchisée renvoient au même principe d’organisation, mais par convention, on réserve l’emploi du mot « thesaurus » aux listes hiérarchisées dont chaque terme fait l’objet d’une note explicative, éventuellement d’une note d’application, d’une illustration.

Ce premier essai lexicologique portant sur le patrimoine architectural peut ouvrir la voie à un travail de même nature qui pourrait concerner l’identification de la terminologie inhérente aux objets mobiliers.

  • Les registres d’inventaires après décès provenant du fonds de Bayt al-Mâl recèlent des informations importantes permettant de confirmer les noms d’usage pour les meubles, les ustensiles, les effets vestimentaires etc.[8].
  • Le registre de prise maritime donne la qualité et la nature des richesses amenées dans la Régence d’Alger : bijoux, tabatière, diamants, brocarts d’or, montres, pendules et armes de prix[9].

L’une des difficultés majeures de l’étude du mobilier tient à la très grande variété des domaines concernés. Il est difficile, pour un chercheur, d’acquérir le niveau de connaissances spécialisées nécessaire pour aborder, avec une grande rigueur, l’identification, l’analyse et l’appréciation d’œuvres aussi diverses.

 

 

[1] S. Missoum, 2003, p. 255-258 ; N. Cherif-Seffadj, 2008, p. 397-402 ; S. Chergui, 2011, p. 293-297 et S. Messikh Benselama, 2014, p. 363-367.

[2] M. Beaussier, 1871.

[3] M. Beaussier & M. Ben Cheneb, 1958.

[4] A. Lentin, 1959.

[5] J. Lentin, 2007.

[6] S. Chergui Samia, 2011, p. 269-280.

[7] Yelles Chihabeddine, 1980-1987.

[8] N. Saidouni, 1995.

[9] A. Devoulx, 1872.

Bibliographie

Beaussier Marcelin, Dictionnaire pratique arabe-français, n. éd. revue corrigée et augmentée par Ben Cheneb Mohamed, Alger, la Maison des livres, 1958, 1093 p.

Beaussier Marcelin, Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Bouyer, 1871, XII-764-XVI p.

Chergui Samia, Les mosquées d’Alger. Construire, gérer et conserver (xvie-xixe siècles), Paris, PUPS, 2011, 376 p.

Cherif Nabila, Les bains d’Alger durant la période ottomane (xvie-xixe siècles), Paris, PUPS, 2008, 450 p.

Devoulx Albert, Registre des prises maritimes, traduction d’un document authentique et inédit concernant le partage des captures amenées par les corsaires algériens, Alger, Adolph Jourdan, 1872, 111 p.

Jérôme Lentin, Dictionnaire pratique arabe-français : arabe maghrébin, par Marcelin Beaussier, Mohamed Ben Cheneb et Albert Lentin, Paris, Ibis Press, 2007, XIV-8-1093-VI-312 p.

Lentin Albert, Supplément au dictionnaire pratique arabe-français de M.Beaussier, Alger, la Maison des livres, 1959, VIII-312 p.

Lentin Jérôme, Supplément au dictionnaire pratique arabe-français de M.Beaussier, Alger, la Maison des livres, 1959, VIII-312 p.

Messikh Benselama Safia, Les fortifications ottomanes de la baie d’Alger (1516-1830) : essai de restitution topographique, thèse de doctorat, Université Aix-Marseille, 2014, 2 vol, 902 p.

Saidouni Nacereddine, « Les archives algériennes relatives aux waqfs et leur utilisation dans l’histoire économique et sociale de l’Algérie ottomane », Collection Turcica, vol. VIII, 1995, p. 59-65.

Temimi Abdeldjalil, « Inventaire sommaire des registres arabes et turcs d’Alger », Revue d’histoire maghrébine, n°1, 1974, p. 83-96.

Yelles Chihabeddine, Archives historiques algériennes : Inventaire analytique du fonds ottoman, Alger, CNA, 1980-1987, 2 vol, 950 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *