À propos

Avec la mise en place du régime colonial, pillages et pertes patrimoniales s’accumulent dans les pays du Maghreb. Parallèlement, ces destructions suscitent chez certains le sentiment qu’il faut sauver et conserver ce qui peut l’être. Le premier musée d’Alger abrite ainsi, dès 1835, 1800 imprimés et 2000 manuscrits portant « sur tous les domaines de connaissances des Arabes », selon les mots d’Adrien Berbrugger, qui en était responsable à l’époque. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les autorités coloniales, alertées par des savants délégués de la métropole par le Ministère de l’Instruction publique, commencent à se préoccuper des destructions qui se poursuivent et de la nécessité de sauvegarder les patrimoines archéologiques ou ethnographiques : la création du musée du Musée Alaoui à Tunis (aujourd’hui musée du Bardo) est l’exemple le plus connu de cette nouvelle politique patrimoniale. Sa création servira de modèle pour d’autres musées de moindre importance. Au XIXe siècle, se développe aussi en Europe le goût pour les arts de l’Islam Au Maghreb, la reconnaissance des arts de l’Islam s’opère progressivement par le biais d’expositions et par la création de musées spécifiques, dont certains sont des conservatoires des savoir-faire traditionnels. Enfin, à l’archéologie classique, à l’ethnographie et aux arts de l’Islam s’ajoutent, dans le système muséal colonial, des musées des beaux-arts conçus sur le modèle des musées de métropole. Après les indépendances apparaît un nouveau type de musée, présent dans tous les pays du Maghreb : le musée d’histoire chargé d’instaurer un récit national de la résistance et de la libération.

C’est dire que l’histoire des patrimoines muséaux du Maghreb est particulièrement riche et complexe. Comment faire valoir la diversité des patrimoines, leur complexité en ayant recours aux moyens offerts par un média comme Internet ? Tel est le but de cette recherche pluriannuelle, menée conjointement par des équipes de Paris Ouest et de Paris 8, déjà associées pour la conduite d’un master commun intitulé « Médiation culturelle, patrimoine et numérique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *